Proudhon on… profit.

In my previous Proudhon quote, I gave one argument as to why property is incoherent. Here is now part of the ninth argument, property is incoherent because it is powerless against property, pages 188 and 189. Not only is his conclusion interesting, but so is his description of capitalist product as being a pyramid scheme.

***

Formons une chaîne de dix, quinze, vingt producteurs, aussi longue qu’on voudra: si le producteur A prélève un bénéfice sur le producteur B, d’après les principes économiques, B doit se faire rembourser par C, C par D, et ainsi de suite jusqu’à Z.

Mais par qui Z se fera-t-il rembourser du bénéfice prélevé au commencement par A? Par le consommateur, répond Say. Misérable Escobar! Ce consommateur est-il donc autre que A, B, C, D, etc., ou Z. Par qui Z se fera-t-il rembourser? S’il se fait rembourser par le premier bénéficiaire A, il n’y a plus de bénéfice pour personne, ni par conséquent de propriété. Si, au contraire, Z supporte ce bénéfice, dès ce moment il cesse de faire partie de la société, puisqu’elle lui refuse le droit de propriété et de bénéfice qu’elle accorde aux autres associés.

Puis donc qu’une nation, comme l’humanité toute entière, est une grande société industrielle qui ne peut agir hors d’elle-même, il est démontré que nul homme ne peut s’enrichir sans qu’un autre s’appauvrisse. Car, pour que le droit de propriété, le droit d’aubaine, soit respecté dans A, il faut qu’il soit refusé à Z; par où l’on voit comme l’égalité des droits, séparée de l’égalité des conditions, peut être une vérité. L’iniquité de l’économie politique à cet égard est flagrante. “Lorsque moi, entrepreneur d’industrie, j’achète le service d’un ouvrier, je ne compte pas son salaire dans le produit net de mon entreprise, au contraire, je l’en déduis; mais l’ouvrier le compte dans son produit net…” (SAY, Économie Politique.)

Cela signifie que tout ce que gagne l’ouvrier est produit net; mais que, dans ce que gagne l’entrepreneur, cela seul est produit net, qui dépasse ses appointments. Mais pourquoi l’entrepreneur a-t-il seul le droit de bénéficier? Pourquoi ce droit, qui est au fond le droit même de propriété, est-il refusé à l’ouvrier? Aux termes de la science économique, l’ouvrier est un capital; or tout capital, outre ses frais de réparation et d’entretien, doit porter un intérêt; c’est ce que le propriétaire a soin de faire pour ses capitaux et pour lui-même; pourquoi n’est-il pas permis à l’ouvrier de prélever semblablement un intérêt sur son capital qui est lui?

La propriété est donc l’inégalité des droits; car, si elle n’était pas l’inégalité des droits, elle serait l’égalité des biens, elle ne serait pas. Or la charte constitutionnelle garantit à tous l’égalité des droits, donc, avec la charte constitutionnelle, la propriété est impossible.

***

Let’s form a chain of ten, fifteen, twenty producers, as long as we want: if producer A takes a profit from producer B, in accordance with economic principles, B must be repaid by C, C by D, and so on down to Z.

But by whom will Z be repaid of the benefit taken first by A? By the consumer, answers [Jean-Baptiste] Say. Miserable Escobar! Is this consumer therefore other than A, B, C, D, etc., or Z. By whom will Z be repaid? If he is repaid by the first beneficiary A, there is no more profit for anyone, nor, consequently, of property. If, on the other hand, Z bears the weight of this benefit, from that point on he ceases to be part of society, since she refuses him the right of property and profit she gives to his other associates.

Since a nation, like humanity as a whole, is one great industrial society which cannot act outside of itself, it is thereby demonstrated that no man can enrich himself without impoverishing another. For the right of property, the right of usury, to be respected in A, it must be refused to Z; from this we see how equality of rights, separated from equality of conditions, can be veridical. The iniquity of political economy in this respect is obvious. “When I, industrial entrepreneur, buy a worker’s services, I don’t include his wages in the net product of my business, but rather I substract it; but the worker includes it in his net product…” (SAY, Économie Politique.)

This means that all the worker makes is net product; but that, in what the entrepreneur makes, that only is net product which goes beyond his wage. But why does the entrepreneur have the sole right to profit? Why is this right, which is fundamentally the right of property, forbidden to the worker? In economic terms, the worker is capital; but all capital, besides maintenance and repair costs, must carry interest; this is what the owner does for his own capital and for himself; why is it not permitted for the worker to similarly take an interest on the capital which is himself?

Property is therefore inequality of rights; for, if it was no inequality of rights, it would be equality of goods, it would not exist. But the constitution [of the French Revolution] guarantees to all equality of rights, therefore, given the constitution, property is incoherent.

%d bloggers like this: